FestiPoules 2019

Cette année, nous avons préparé nos portes ouvertes sur une journée pour tester une nouvelle formule.

L’an dernier, nous avions réalisé un article pour vous parler de nos premières portes ouvertes. Il s’est avérer que vous rencontrer et discuter de nos possibilités d’optimisation nous a mené tout droit à notre projet de financement participatif. Nous avons presque atteint les 30%. Allez on continue les efforts pour soutenir notre démarche qui se retrouve désormais marqué par la disparition de notre chère Félicie !

Lire la suite

Nos hommages à Félicie

C’est avec chagrin que nous vous annoncions le 16 septembre le départ de Félicie, l’une des cinq premières poules recueillies à la Pondation.

Vous avez été nombreux à nous envoyer des messages de condoléances et d’encouragements, qui nous sont allé droit au cœur.

5 poules blanches - Pondation de Félicie

Comme elle le racontait dans son édito, Félicie a débuté son existence en batterie et a fait partie des rares chanceuses à échapper à l’abattoir à la fin de sa courte carrière.

Cela faisait bientôt 4 ans qu’elle coulait des jours tranquilles à nos côtés, s’invitant dans la maison à la moindre occasion. Elle appréciait la compagnie des humains tout en assurant son rôle de matriarche auprès des un peu plus de 450 autres poules passées par la Pondation.

Lire la suite

Pourquoi ne vendons-nous pas « nos » œufs ?

C’est une question qui nous est souvent revenue. Pourquoi ne pas profiter de cette manne tombée du ciel, ou plutôt sortie du cloaque de nos pensionnaires, pour permettre à notre association de prospérer ?

Dans son édito, Félicie dépeignait les conditions d’élevage des poules pondeuses, soulevant ainsi le problème des conditions de détention des animaux.

Notons qu’en 2017, 68% des poules pondeuses en France vivaient en batterie. Et les consommateurs, en toute bonne foi, pensent souvent boycotter ces pratiques en n’achetant que des œufs de plein air ; mais cela ne prend pas en compte les œufs entrant dans la composition de produits transformés.

A supposer que la totalité des œufs produits soient un jour issus de filières plein air, cela ne règlerait ni la question des poussins mâles éliminés à la naissance, ni celle de la destination finale des pondeuses après une durée de services bien courte.

Inutile d’insister quant aux méthodes d’abattage, elles ne sont qu’un argument de plus en faveur d’un arrêt total de la consommation d’œufs issus d’élevages professionnels.

Lire la suite