Dialogue du Chapon et de la Poularde – Voltaire

Dialogue du Chapon et de la Poularde – Voltaire

Dans un texte de 1763, Voltaire imagine le dialogue d’un chapon avec une poularde. Ce texte nous a été partagé par des amis l’été dernier (Août 2018). Ce sont des adhérents de la Pondation de Félicie de la première heure. Ils ont adopté des poules chez nous. C’est une manière de leurs faire un clin d’œil que de partager à notre tour, ce texte assez… imagé.

 

Alors, il est évident que ce texte ne parle pas uniquement des poules et chapons mais, nous ne pouvons résister à le diffuser.

 

« Dialogue du Chapon et de la Poularde », Mélanges, Voltaire, 1763

 

LE CHAPON

Eh, mon Dieu! ma poule, te voilà bien triste, qu’as-tu?

LA POULARDE

Mon cher ami, demande-moi plutôt ce que je n’ai plus. Une maudite servante m’a prise sur ses genoux, m’a plongé une longue aiguille dans le cul, a saisi ma matrice, l’a roulée autour de l’aiguille, l’a arrachée et l’a donnée à manger à son chat. Me voilà incapable de recevoir les faveurs du chantre du jour, et de pondre.

LE CHAPON

Hélas! ma bonne, j’ai perdu plus que vous; ils m’ont fait une opération doublement cruelle: ni vous ni moi n’aurons plus de consolation dans ce monde; ils vous ont fait poularde, et moi chapon. La seule idée qui adoucit mon état déplorable, c’est que j’entendis ces jours passés, près de mon poulailler, raisonner deux abbés italiens à qui on avait fait le même outrage afin qu’ils pussent chanter devant le pape avec une voix plus claire. Ils disaient que les hommes Lire la suite