Jour de ménage – Entretien du poulailler

Jour de ménage – Entretien du poulailler

 

Il vient un temps dans la vie de tout gardien de poules, où la nécessité devient impérieuse de faire un brin de ménage pour le poulailler de ses pensionnaires. Félicie vous offre ses conseils pour l’entretien du poulailler.

Ouvrez la parenthèse – J’utilise le terme de gardien, plutôt que maître ou propriétaire, à dessein. En effet, quand on recueille un animal, le but est de respecter ses besoins et de contribuer à l’expression de son agentivité (notion développé dans le numéro de printemps du magazine de l’Association Végétarienne de France), et non pas de l’assujettir ou le réifier (Ce n’est pas une chose quoi !) – Fermez la parenthèse.

Le propos peut paraître trivial, mais les produits utilisés pour nettoyer l’habitat de nos amies à plumes peut largement influencer la présence de parasites.

A l’heure où le mercure grimpe, les zones d’ombre entre les lattes de bois ou les parpaings sont souvent le refuge idéal pour les poux rouges hématophages, les poux gris mallophages, mais aussi les acariens responsables de la gale des pattes ou de la gale déplumante.

Voici donc les conseils de Félicie maintenir un environnement sain :

  • Chauler le poulailler

Une fois par an, réalisez un badigeon à base de chaux éteinte (chaux blanche naturelle NHL en magasin de bricolage) diluée dans de l’eau, et appliquez-le au pinceau sur l’ensemble des murs intérieurs du poulailler. Le mélange doit avoir la consistance d’une pâte à crêpes.

La chaux est un antibactérien et antifongique naturel issue de la cuisson du calcaire à haute température. Elle peut également être utilisée comme anti-mousse sur les pavés et terrasses, ou comme enduit de façade, additionnée de ciment.

  • Choisir une litière adaptée

L’humidité favorise la prolifération d’insectes en tous genres. Il est donc important d’évacuer entièrement l’ancienne litière et de la renouveler régulièrement ; une fois par semaine ou par semaine et demi selon la taille du poulailler et le nombre de poules. Les pondoirs ont tendance à se salir plus vite, vous pouvez simplement ajouter une couche de litière propre entre deux grands nettoyages.

Chez Félicie, nous utilisons du miscanthus, ou herbe à éléphant, plus absorbant que la paille, et possédant des propriétés antibactériennes. Riche en azote, la litière peut ensuite être réemployée pour pailler les plantations.

Les copeaux de bois forment très vite des agglomérats ; de plus, ils ont l’air appétissants, ce qui n’est pas franchement le but escompté…

Les granulés de bois peuvent être utilisés ; ils se désagrègent en une sorte de croûte qu’il est possible de retirer par gros blocs. Leur inconvénient réside surtout dans le fait qu’ils sont constitués principalement de résineux, et ne pourront donc pas entrer dans la composition de compost. Ils feront en revanche une excellente terre de bruyère.

  • Utiliser un désinfectant naturel

Au stade de la prévention, il n’est pas nécessaire d’asperger des composés chimiques agressifs, avec lesquels les poules seraient en contact prolongé.

Une fois la litière évacuée, et avant d’en étaler de la propre, nous aspergeons le poulailler du sol au plafond avec un mélange de 500cc d’eau, 250cc de vinaigre blanc à 14° et un mélange d’huiles essentielles à raison de 15 à 20 gouttes.

Nous associons le melaleuca, pour ses vertus antiparasitaires, avec la synergie DoTERRA OnGuard qui est un complexe d’huiles aux propriétés désinfectantes.

Si vous souhaitez vous procurer vous procurer ce mélange, ou tout autre produit de la marque, suivez ce lien https://www.mydoterra.com/florencedusseaux2bdevelopment/#

 

  • Mettre de la terre de diatomée

Il s’agit d’une poudre composée de roche sédimentaire issue de fossiles et de composés organiques. Elle a une action mécanique détergente, abrasive pour l’exosquelette des insectes. L’inconvénient est que le tort sera porté à TOUS les insectes du poulailler, et araignées qui mangent les nuisibles occasionnels. C’est pourquoi nous l’utilisons directement sur les animaux sur lesquels nous constatons une infestation, directement sous leurs ailes.

  • Aménager un coin « bain de terre »

Les poules se roulent dans la terre pour se débarrasser des indésirables. Gardez-leur un coin au sec, agrémentez-le de sable et de cendre, et faites le deuil de votre beau terrain lisse et fleuri.

 

Vous avez désormais toutes les clés pour réaliser au mieux l’entretien du poulailler… Et attention, Félicie fait l’inspection des travaux finis.